Claustras

Le claustra est une figure de l'architecture du sud.

Fernand POUILLON
André RAVEREAU
Eladio DIESTE
Laurie BAKER

ont crée de magnifiques exemples dans leur architecture.

On en trouve également beaucoup dans l'architecture religieuse,
essentiellement dans l'architecture des églises orthodoxes.

La réalisation de claustras en pierre a été l'occasion de mettre au point
différentes typologies de mise en oeuvre.

Les claustras sont une manière de jouer avec les contraires :
le plein et le vide,
le lourd et le léger,
l'opaque et le transparent
l'ombre et la lumière,
et voir, sans être vu.
Paradoxalement, il ressort de ces parois
une certaine impression de finesse.

Aux claustras basiques, initiaux, assez réguliers,
(IFSI de NIORT et le Lieu de cérémonies de MENIGOUTE)
nous avons cherché de nouveaux types de mise en oeuvre
en utilisant des éléments plus gros et moins réguliers :
blocs de pierre de taille de récupération pour l'IRTS de POITIERS
ou blocs de tuffeau pour le projet du Fort Saint Georges de CHINON.
Des parois mixtes en claustras combinent des lignes de bois dur
et des blocs de pierre.
Les premiers claustras que nous avons réalisés
sont simples et relativement réguliers.
Les pierres sont en calcaire dur.
(Calcaire des Minières à Lusignan dans la Vienne).
Le calcaire est débité en plaques sciées et formé en bande.
Les bandes sont ensuite éclatées à la machine pour obtenir 4 faces cassées.
Les 2 autres faces étant sciées sont donc parfaitement planes.
C'est sur ces faces que seront appliqués, les plots de colle.

Le problème des claustras, au delà d'une certaine surface,
est de nécessiter des dispositifs permettant
d'assurer la stabilité des ouvrages.
Il est parfois indispensable, soit de prévoir des ossatures en arrière,
soit d'inclure des renforts apparents dans les surfaces,
en béton ou en acier.

Après un premier claustra en éléments terre cuite,
(immeuble "les Nardouzans")
nous avons recherché des solutions en pierre.
Eladio DIESTE en Uruguay et Laurie BAKER, en Inde
utilisent la brique.
Nous avons essayé de trouver une écriture analogue avec de la pierre.

Pour celà nous avons utilisé la pierre sciée éclatée mise au point
sur le bâtiment de la Chambre des Métiers de Niort.

Premier projet : L'IFSI à NIORT
L'IFSI a été l'occasion de mettre au point le mode opératoire
Les pierres de taille irrégulière sont posées avec un écart variable.
Chaque pierre est posée avec 2 plots de colle
de type "colle à carrelage".
Etant donné la relative faible épaisseur des claustras,
Il est nécessaire de les enchâsser dans une structure de béton.

Deuxième projet : MENIGOUTE
Le claustra suivant a été celui du lieu de recueillement
de la Maison de retraite de Ménigoute.
Les claustras multiples sont enchâssés dans une structure
en béton de site sablé.

Troisième projet : L'IRTS à POITIERS
Non construit
(Projet abandonné au stade du dossier de consultation des entreprises)
Le projet prévoyait de réutiliser les pierres de taille des bâtiments démolis sur le site.

Quatrième projet : Le FORT SAINT GEORGES à CHINON
Le projet utilise une pierre calacire très tendre : le tuffeau
le claustra est composé d'une alternance de pierre et de plateaux de bois épais.
Cette solution permet une plus grande transparence
avec des pierres relativement grosses.

Cinquième projet : Maison CB dans l'ILE DE RE
Projet en cours d'étude.
Le projet utilise de la pierre calcaire sciée éclatée montée en claustra biais.

Bâtiments comportant des claustras :
 
Immeuble les Nardouzans à NIORT (Deux Sèvres)
L'Institut de Formation aux Soins Infirmiers à NIORT (Deux Sèvres)
Le Lieu de recueillement à la Maison de Retraite de MENIGOUTE (Deux Sèvres)
Bâtiment d'accueil au Fort Saint Georges à CHINON (Indre et Loire)