HALLE DES PEUPLIERS
Niort (Deux-Sèvres)
1999

A
rchitecte : Hervé BEAUDOUIN

Située sur le Parc des Expositions de NIORT-NORON, cette halle a pour fonction principale, les expositions. Elle peut accueillir des spectacles ou des manifestations sportives.
L'image tient des cabanes ostréicoles goudronnées, des pêcheries des estuaires, des hangars agricoles, des salorges de bois sombre des marais salants, des séchoirs de peaux de Niort ou des grands séchoirs, des tuileries de campagne du Marais Poitevin.
La rivière est proche, l'eau monte lentement et s'étale sur le Marais. Le rapport avec l'eau est ici important. Le goudron, le coaltar, protège de l'eau. Il protège les coques des bateaux du Marais, coques de fer et coques de bois, les bordés noirs brillent au soleil. Le toit immense, est noir comme du papier goudronné. La noirceur brillante du goudron est bordée de cuivre. Le bardage, est fait de généreuses et épaisses planches de bois brutes de sciage. Des becs en cuivre, sur la noirceur du fond, forment de grandes gargouilles qui conduisent l'eau de pluie, vers des fossésdrainants. La charpente et la partie basse du bâtiments sont peintes en vert. Le bâtiment est situé sur une île formée par des canaux et la Sèvre. Le site est en lisière du Marais Poitevin. Le bâtiment est construit, le long d'une conche (canal).
La spécificité du lieu, impose une architecture particulière. Le bâtiment possède un grand toit débordant de 5 mètres. Ce toit casse l'image de "boite ordinaire" de zone industrielle. Il participe à l'image spécifique du "Technopole",
Le bâtiment exprime une simplicité constructive naturelle "low-tech", il propose des solutions originales par rapport aux productions courantes : la modernité, ici, c'est le minimalisme rustique.
La simplicité du volume, l'absence de geste "à la mode", les matières texturées,
patinables, contribuent à inscrire le bâtiment dans la durée, mais aussi dans le" pays" du Marais.
Un bâtiment inondable : Le sol est maintenu au niveau du terrain naturel. Les pieux de fondations sont rehaussés en béton, jusqu'à la cote des plus hautes eaux. Le bâtiment comporte une partie basse, de deux mètres de haut, en bardage métallique (pour permettre d'y intégrer les sorties). En cas d'inondation, cette partie supporte l'immersion. Les sorties de font par des portes en aluminium. Celle-ci peuvent être maintenues ouvertes, pour laisser le passage libre de l'eau.

La Charpente : La charpente est "traditionnelle", ferme-portique métallique peinte.
Une structure secondaire permettra l'installation ultérieure de tous les équipement techniques. Le dimensionnement tient compte de ces surcharges. Les façades sont en second plan, derrière la ligne des poteaux de charpente.
Elles sont abritées par les débords de toit.

Les poteaux : Les poteaux sont apparents, à l'extérieur du bâtiment. Ils créent un rythme sur un volume. La verticalité des poteaux est en rapport avec celle des peupliers qui constituent le premier plan. Les poteaux, supports de la charpente en portique, sont en tube d'acier de 508 mm de diamètre "renforcés" par des bois de 50 mm d'épaisseur, disposés autour du noyau métallique et puissamment cerclés par des cerclages en acier positionnés environs tous les mètres. C'est un "tonneau" cylindrique. La structure de la façade est fixée aux poteau, au droit de ces cerclages.Les poteaux sont fixés, par une platine "diabolo" boulonnées, sur la base en béton brut de décoffrage constituée par la rehausse des pieux de fondation. La base est en forme de tronc de pyramide. Cette base en béton brut de décoffrage, coffré avec des planchettes de bois de 5 cm de large, est submersible, en cas d'inondation.

La façade en bois est détachée "en arrière" des poteaux. L'ensemble de la charpente est grenaillé, métallisé et peint. Les cerclages sont réalisé à partir de plats de 8 mm d'épaisseur et de 8 cm de larges, découpés dans des feuilles d'acier oxydé à l'acide et protégé par un vernis.+++++++++++++++

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++