MAISON DES HABITANTS DE LA GIBAUDERIE
Poitiers (Vienne)
2004

Architectes : Hervé BEAUDOUIN et Benoit ENGEL

Le site de cette maison de quartier est particulièrement intéressant, car situé en lisière d'un grand parc. Le bâtiment a été décomposé en 4 volumes :
Une galerie de liaison calée derrière un grand mur de pierre banchée et trois volumes greffés sur cette galerie. L'intention est de se rapprocher de l'échelle du quartier fait essentiellement de maisons individuelles. Les volumes sont couverts de toits inclinés, à faible pente.Les toits ne sont pas visibles, car encastrés dans les murs. Le mur en pierre banchée est un élément fort du projet. Il est réalisé artisanalement suivant une technique inspirée des bétons du désert de Frank Loyd Wright. Les trois volumes greffés sur la galerie ont été construits avec des mono-murs, en brique de terre cuite, spéciales, enduites à la chaux, à l'extérieur, comme à l'intérieur. On obtient une unité d'aspect entre l'intérieur et l'extérieur (même enduit).

PRECISIONS TECHNIQUES : Le mono-mur permet la construction d'un bâtiment économe en énergie et favorise une climatisation naturelle en raison de son inertie thermique (ambiance fraîche, grâce au mur lourd).Le mono-mur fixe très peu l'humidité (1% en masse). Il absorbe et accumule 5 fois moins d'eau que d'autres types de murs.
Il ne nécessite pas d'isolation thermique rapportée, par doublage, ce type de briques étant très isolante de par sa conception et son épaisseur de 40 cm. On obtient un gain de temps dans le montage: le mur, une fois monté, est fini. il ne reste à faire que l'enduit.

Les menuiseries, dessinées par l'Architecte, sont d'une conception particulière :
Elle font appel à une technologie très simple, non-industrielle, combinant l'acier et le bois. La partie métallique, faite de tôle de 3mm pliée soudée aux angles et métallisée,
après usinage complet, est très fine (30mm de face vue). Cette finesse permet d'obtenir un maximum de lumière. La finition du métal a un aspect gris clair, granité et mat. Les menuiseries sont posées, en tunnel, dans un précadre en bois de frêne rétifié. La pose au nu extérieur permet d'habiter la fenêtre et d'obtenir une continuité de la paroi. Le précadre en frêne rétifié de 25mm d'épaisseur, disposé à 30mm, en retrait du nu extérieur, forme un joint creux périphérique, permettant de détacher la fenêtre, du monomur enduit. Le métal n'est pas apparent, du côté intérieur, les parecloses et l'habillage des tableaux étant en frêne vernis. L'isolant, en tableaux, est un isolant très performant, de faible épaisseur, fait d'une combinaison de films réfléchissants matelassés. Les parties vitrées sont fixes. Les parties ouvrantes sont constituées d'un volet plein, en bois de frêne, traité par rétification (Couleur brune, virant au gris-brun en vieillissant). La rétification est un procédé de traitement du bois, écologique, par torréfaction. Ce procédé n'emploie aucun traitement chimique. Il permet d'utiliser des bois nationaux feuillus ou résineux, provenant de forêts gérées et renouvellées. On évite les bois exotiques provenant de la déforestation de zones naturelles. On obtient un accroissement sensible de la dureté de surface. Le bois est rendu très résistant aux agent de dégradations biologiques, ce qui dispense de l'entretien de préservation. La teinte du bois est brune.

Le paysage :
Le recueil des eaux pluviales se fait dans des noues paysagères, à ciel ouvert. Une sur-verse permet de rejoindre le ré ;seau existant. Le paysage est structuré par les noues.Les eaux pluviales coulent des toitures par des gargouilles en acier.